Encore des délires !

Dans la série des petits délires, en voici d’autres, un peu plus grands 🙂

Petit exercice d’échauffement conseillé pour assouplir le geste : des peanuts ou si vous préférez, des cacahuètes !

Peanuts 1

Et l’on enchaîne par …

Peanuts 2

Pour terminer par ceci :

Délires

Ces exercices ont été réalisés au crayon graphite sur carnet de croquis. Faites-en, vous verrez, cela délie la main, on s’amuse et puis on délire !  😀

C’est incroyable tout ce que l’on peut créer à partir d’une cacahuète, on commence par la dessiner, ensuite on la transforme en cochon, en visage délirants, c’est aussi un bon exercice pour développer la créativité.  🙂

En réalité, c’est un exercice conseillé par un professeur de dessin, que vous pouvez voir sur youtube si vous le désirez et pour ceux que cela intéresse, il y a plusieurs extraits de ses vidéos. Si vous comprenez l’anglais et que vous êtes attirés par le dessin anatomique, les portraits, les personnages, et que vous voulez apprendre à les dessiner, c’est également une bonne méthode. Peut être cherchez-vous un site pour apprendre à dessiner, un site de dessin en ligne ? Vous pouvez également lire un article sur ce site de dessin, sur un blog ami : dessins-plaisirs, pour votre plus grand plaisir ! 🙂

Nature morte à la noix, peinture à l’huile des objets

Je vais pouvoir m’en donner à coeur joie ! C’est parti pour la partie peinture à l’huile des objets et pour certains, je n’avais aucune idée de la manière dont il fallait les aborder. Je me suis lancée sans trop me poser de questions, ce qui comptait pour moi, c’était de me faire plaisir. Tout au long de leur réalisation, j’avais eu l’impression de les sculpter, de leur donner forme et vie au fil de mes coups de pinceaux.

Je n’ai pas grand chose à vous expliquer sur cette phase car j’ai peins d’instinct et je n’ai pas noté ce que je faisais à chaque étape. Par contre, je me souviens que pour la bogue, j’ai commencé par représenter une sorte de boule ovale, et qu’ensuite j’ai tenté de faire ressortir les épines en travaillant au pinceau très fin, dans différentes directions, de différentes longueurs et dans différentes teintes, pour terminer par une teinte claire pour y mettre quelques effets de lumière.

Les photos suivantes ont été prises à différents moments de la journée, à des jours différents, la lumière naturelle n’étant pas toujours la même et ne voulant pas utiliser le flash, je remarque que certaines sont plus claires et d’autres plus foncées. La dernière photo est la plus proche de la réalité.

Et maintenant, le verdict, voici quelques étapes :

Phase huile 1
Phase huile 2
Phase huile 3

Après cette phase, j’avais remarqué qu’il y avait de l’embu sur presque la totalité de l’arrière plan et sur la noix, ce qui veut dire que les couleurs étaient ternes, du fait de l’absorption de l’huile par le support. Pour y remédier, j’ai passé une couche de vernis à retoucher sur la totalité du tableau. Je l’ai laissé sécher et j’ai repris ma peinture le lendemain, tout était bien sec et brillant.

Phase huile 4
Phase huile 5

C’est ici que s’achève l’histoire de ma peinture morte à la noix, réalisée en tentant d’appliquer les principes appris lors des stages organisés par Signus.  Je vous souhaite d’avoir autant de plaisir que moi lors de mes peintures, et d’avoir également la chance de participer à des stages de peinture, les livres et les DVD ne remplaceront jamais l’expérience sur le terrain, il faut voir les gestes posés par le peintre, voir la matière, la toucher en quelque sorte, voir comment il la dépose et la lisse, voir comment il traite les différentes textures, pouvoir poser des questions et finalement essayer à son tour. Personnellement ces stages furent des expériences difficiles, surtout le premier, par contre elles ont été très enrichissantes, j’estime avoir appris autant sur le dessin que sur la peinture, j’ai trouvé une autre façon d’aborder le dessin, une autre façon de regarder, de voir et d’observer, une autre façon de peindre bien plus riche que celle que j’avais testé auparavant. Cela m’a permis d’ouvrir de nouvelles portes, de nouveaux horizons et me mettre pleins de projets dans la tête …

A vous de tenter l’expérience !   😉

Hep, il manque la dernière photo ! J’ai rajouté un glacis sur la noix et sur l’arrière-plan  …   C’est pour bientôt 🙂

Croquis rapides de personnages

Quelques croquis d’attitude de personnages vus à la télévision. C’est souvent une source d’idées croquis ces émissions, plutôt que de s’endormir devant le petit écran ! 😀

Au départ j’essaye de capter l’essentiel, le reste se fait de mémoire et d’imagination.

Croquis aux crayons graphites aquarellables :

Crayon de couleur et crayons graphites :

Nature morte à la noix, l’arrière-plan

C’est ici que les romains s’empoignèrent ! 😀  L’arrière-plan, travail difficile, j’ai dans la tête une idée bien précise de ce que j’aimerais obtenir.  Reste à le réaliser… L’idée en question était de faire ressortir une zone plus en lumière et par contraste le restant plus foncé, j’y suis presque arrivée mais c’est pas exactement ce que j’avais en tête. Certains parlent de fond mais alors de quel fond parlons-nous ? Le premier, celui à l’ocre ou l’arrière-plan ?

Avant toute chose il faut passer l’arrière-plan à la standolie, càd à l’huile de lin polymérisée. Pour cela on dépose grossièrement à l’aide d’une brosse des touches de standolie sur la zone à traiter, on l’étale à l’aide d’un lame de cutter, on passe encore sur la zone en exerçant une pression avec la paume de la main et ensuite, pour enlever le surplus, on pose une feuille de papier journal sur le tableau. On l’étale bien en le lissant à la main et l’on voit apparaitre des zones grasses là où il y avait trop de standolie. Ne pas oublier d’enlever la feuille de journal… Voilà une étape que j’ai beaucoup aimée.

Me voilà enfin prête à peindre cet arrière-plan. La peinture à l’huile est diluée à l’aide d’un médium préparé par l’organisateur du stage Signus. Les médiums vendus dans le commerce sont en général de très bonne qualité mais le préparer soi-même permet d’obtenir un médium de meilleure qualité. Je n’en ai pas encore préparé moi-même car j’en avais reçu lors des stages.

Lors de la réalisation de l’arrière-plan, on peut déborder légèrement sur les objets. Le mélange de couleurs que j’avais préparé était assez foisonnant et le travail terminé j’ai ressenti une grande déception, j’ai trouvé le résultat  « sale » et très imprécis. Je suis déçue mais je ne me décourage pas pour autant, j’ai eu raison de persévérer quand je vois aujourd’hui le résultat final.    Il va falloir patienter encore pour le voir.  😀

En attendant voici une photo de la phase arrière-plan :

Arrière-pan

Ho que c’est laid !

Petits délires

Je nage en plein délire ! Au départ je voulais faire des portraits rapides de personnages vus au petit écran, à l’arrivée un grand délire ! 😀  Et cela parce que ces vedettes de la télévision bougent sans arrêt.  Voici donc mes croquis délirants réalisés au bic sur carnet de croquis.

Bic sur papier croquis

Le premier portrait qui se situe en haut à gauche est celui par lequel tout cela a commencé, il s’agit d’une des participantes à Top Chef, au départ elle travaillait tête baissée. J’ai rapidement croqué la position de la tête puis j’ai continué tout en regardant à nouveau la télévision, sauf que, distraite, je n’avais pas remarqué qu’elle avait bougé.  🙂  Quand je m’en suis rendu compte j’ai pris le parti de continuer sans tenir compte de cette erreur et j’ai laissé courir mon imagination.

Finalement j’ai trouvé cela amusant et j’ai persévéré mais cette fois d’imagination.  😀

Bic sur papier croquis

Nature morte à la noix, les alkydes

Me voici arrivée à une phase que je n’aime pas beaucoup, c’est celle des alkydes.  La peinture alkyde est fabriquée  à base de pigments et de résine alkyde modifiée à l’huile et peut être diluée à l’aide de solvant habituel pour peinture à l’huile. On leur trouve des qualités de transparence, de séchage rapide et de fluidité (source le site de Windsor et Newton). Or c’est justement l’inverse qui m’a gêné lors de mon premier stage organisé par Signus, je trouvais ce médium « difficile » à peindre. Le médium que j’utilise avec la peinture alkyde, c’est du liquin qui est censé augmenter la transparence des couleurs ainsi que leur fluidité mais qui accélère le temps de séchage, peut être est-ce la raison de mes difficultés ?

Voici une photo de cette phase terminée, comme je ne travaille pas facilement à l’alkyde la qualité de ma peinture s’en ressent mais je compte bien rattraper cela lors de la phase à l’huile, celle que je préfère.

Phase peinture aux alkydes

Je n’ai travaillé que les objets aux alkydes, on peut également faire l’arrière-plan mais ce n’est pas nécessaire. Je ne savais vraiment pas comment j’allais aborder cette bogue, je me suis dit qu’il s’agit d’un objet rond, qui a donc un volume, c’est tout ce que j’ai essayé de faire ici, le reste j’espère l’améliorer plus tard.

Je n’aime pas cette phase et cela se ressent dans le résultat final, mais ne désespérons pas ….   😉

La phase suivante est celle de l’arrière-plan, affaire à suivre !

Concernant les alkydes, si quelqu’un peut me dire quel est l’intérêt de son utilisation, j’attends votre réponse avec impatience, je n’en ai aucune idée et j’aimerais en savoir plus. C’est également le cas pour la phase acrylique, sauf que nous savons que l’acrylique est plus maigre que l’huile et permet de respecter la règle du gras sur maigre, mais par rapport à l’huile diluée à la térébenthine, quel en est l’avantage ? C’est peut être la même raison pour les alkydes, j’ai remarqué que cela enrichissait la peinture, actuellement je réalise une nature morte sans alkyde et l’effet est plus « plat », la peinture moins « riche ».

Première sortie croquis 2012

Enfin, le beau temps est de retour, c’est pour beaucoup d’amateurs de croquis en extérieur l’occasion de reprendre les sorties croquis. Accompagnée d’une amie,  j’ai repris mon carnet de croquis et mon sac à dos pour suivre le chemin des randocroqueurs.  Pour notre première sortie de cette année 2012, nous nous sommes donnés rendez-vous devant le Musée Royal d’Afrique Centrale (MRAC)  à Tervueren, en Belgique. Ce musée est situé dans un très beau parc, il y a un bel étang, des sentiers de ballades très agréables et quelques statues intéressantes à dessiner. En voici quelques essais au crayon graphite aquarellable sur papier croquis.

Parc du Musée Royal de Tervueren

Il s’agit de statues de bronze situées dans le Parc.

Dôme du musée royal d'Afrique Centrale

Au départ nous voulions dessiner le bâtiment du Musée Royal d’Afrique Centrale, mais la pluie s’est mise à tomber, heureusement pour moi, j’ai mal commencé le dôme, il est tout de travers. Sur la gauche c’est un essai de croquis d’une oie, commencé le long de l’étang. Ce n’est pas facile de dessiner des animaux en pleine nature, ils n’ont pas l’habitude de prendre la pose, l’idéal c’est de les dessiner lors de leur sieste. 😉  Durant l’averse, nous nous sommes réfugiées à l’intérieur du musée avec l’idée d’y croquer quelques animaux d’Afrique, cela aurait été plus facile car ce sont des animaux empaillés. Mais nous ne pouvions entrer avec nos tabourets et nos sacs à dos, de plus il n’y avait pas beaucoup de lumière, nous avons donc renoncé à nos croquis.