Sketchbook 5

Une nouvelle page de mon carnet de croquis Moleskine. Le croquis  de gauche est fait au calame, brou de noix sur de papier glacé de récupération très semblable au papier Bristol mais plus épais, et au pinceau réservoir  ensuite je l’ai découpé et collé dans mon carnet. Le croquis de droite est réalisé au Rapidograph de Rotring, à l’encre de Chine,  aux Neocolor II de Caran d’Ache et au pinceau réservoir également. Par contre il est dessiné directement dans mon Moleskine. Deux croquis faits d’après photo, à main levée.

Croquis 2014 12 Animaux

Mon carnet Moleskine 2 – My Moleskine sketchbook 2

Moleskine 02 Continuons à tourner les pages de mon carnet de croquis :  la page en haut : croquis fait sur le motif durant mes vacances de mai 2013, dans le Cantal. C’était l’unique belle journée ensoleillée et j’en ai profité pour faire une petite aquarelle des vaches qui se reposaient dans le pré à côté du gîte. Evidemment, à peine ai-je commencé qu’elles se sont levées, j’ai donc dû terminer mon croquis de mémoire.

La page du bas : un buisson réalisé le même jour, à l’aquarelle également, sur site. A droite une vieille petite porte faite au rapidograph de Rotring et donc à l’encre de Chine.

Continue to turn the pages of my sketchbook : on the top of the photograph : a watercolour sketch done on the ground during my vacation in May 2013, in the Cantal. It was the only sunny day and I took the opportunity to make a small watercolour of cows resting in the meadow next to the house. Obviously, I just started they are lifted, so I had to work from memory.Bottom page : a bush made ​​the same day, also in watercolour, on-site. To the right a little old door made with  the rapidograph Rotring and thus with ink.

img056

Lavis à l’encre de Chine

Ce que je préfère ce sont les dessins ou les croquis à la plume et à l’encre de Chine.  Pas facile à manipuler mais combien agréable à regarder.  Cette technique ne permet aucune erreur car il n’y a pas de possibilité de correction, pas de repentir, pas de gomme, mais beaucoup de spontanéité.  J’aime le crissement léger de la plume sur la feuille, je me sens à l’aise avec une plume, je n’hésite pas, je fonce, advienne que pourra !  Je crois que c’est grâce à cette technique que j’apprend tout doucement à libérer mon trait. C’est étrange car ne laissant aucune place à l’erreur je devrais être plus crispée qu’avec un crayon et c’est le contraire qui  se passe.

Merveilleuse découverte faite grâce à mon site de dessin Signus.  J’ai également essayé de dessiner au pinceau et à l’encre de Chine, diluée à l’eau. Pas facile de gérer cette dilution, ni de l’étendre de manière correcte et uniforme.  Le lavis à l’encre de Chine n’est vraiment pas une technique avec laquelle je me sens à l’aise mais malgré cela je trouve qu’il faut en faire l’essai, rien de tel que de découvrir une technique, ce n’est qu’après que l’on se rend compte si elle nous convient ou pas. Elle fait appel à des qualités d’aquarellistes que je n’ai pas, nul n’est parfait ! 😀

Le dessin, quelle belle aventure !

Vigne : dessin au pinceau et à l’encre de Chine sur papier aquarelle format A5

Vigne

Voici une vidéo que j’ai trouvée sur youtube, on nous explique très clairement la technique du lavis, petit bémol, le son n’est pas très bon mais la technique est clairement expliquée.

Plume et feutre

C’est toujours un plaisir intense que d’utiliser la plume, de la tremper dans son pot à encre et de la faire crisser sur le papier Bristol. Les dessins ci-dessous ont été faits en 2010, ils font partie de mon histoire et de mon apprentissage du dessin …  L’arbre bizarre, fait d’après nature, confortablement installée dans un jardin quelque part en France, dans le Loiret,  a été réalisé au feutre. Ce qui le rend bizarre c’est que tout une partie ou presque de l’arbre n’avait pas de feuilles contrairement à quelques branches. Je me suis arrêtée au tronc de cet arbre, je n’ai pas été plus loin, les vacances se terminaient et je n’avais pas pris le temps de terminer ce dessin.

Arbre bizarre feutre

Le dessin suivant a été fait d’imagination, à la plume et à l’encre de Chine.  Le but était de construire une forme pyramidale, c’était le sujet d’un des DAF ou Dessin A Faire de Signus, cours de dessin en ligne. Ce module faisait partie de la série sur l’étude de la perspective.

DAF-082-1 C

Pour terminer un croquis fait rapidement à la plume, sur le thème de l’eau, au feutre, d’imagination, comme le précédent.

Il s’agit également d’un DAF dans le cadre des cours en ligne,  Signus.

L'eau - mine de plomb

Carnet de croquis d’Eric Defrance

Eric Defrance est un artiste français, né au Havre,  grand passionné du dessin. Sur son site vous trouverez des vidéos, des catalogues, des carnets vacances, des croquis, des études  et tant et tant d’autres oeuvres splendides. J’aime beaucoup ce qu’il fait, c’est pour cela que je le partage avec vous.  J’ai découvert cette vidéo tout à fait par hasard, en faisant quelques recherches sur youtube !

Enfin, par hasard, ….     A dire vrai, je faisais une recherche sur youtube afin de trouver des artistes qui nous dévoilent comment ils procèdent pour réaliser des croquis en extérieur. J’ai attrapé ce virus il y a quelques temps et depuis je ne me lasse plus de dessiner sur le motif.

Eric Defrance

 

Dans la vidéo que j’ai mise en ligne, ci-dessous, vous trouverez  de très beaux croquis réalisés à l’encre de Chine.  Le noir et le blanc,  le gris,  beaucoup de simplicité mais de toute beauté !  Vous verrez, l’ambiance est zen et prête à la méditation.

C’est un hommage au noir et au blanc, une manière de démontrer que l’on peut faire de très belles choses avec peu de moyen, ainsi qu’à cet artiste. Je vous laisse regarder la vidéo :

Portrait à l’huile : pourquoi ?

C’est qu’il commence à prendre forme ce petit portrait, pas facile, un peu casse-tête, mais tellement instructif . L’objectif au départ c’était de me rendre compte du degré de difficulté qu’il y avait à peindre un portrait à l’huile et me tester afin de savoir ce dont j’étais capable ou pas !

  • Trouver la juste couleur de la peau n’est pas chose aisée, je n’y suis d’ailleurs pas arrivée,
  • parvenir à donner du volume exactement là où il doit y en avoir, n’est également pas chose aisée, là non plus je n’y suis pas encore,
  • supprimer les traces des coups de pinceaux, par moments c’est fastidieux, il ne faut pas lisser trop tôt ni trop tard,
  • rendre ce portrait ressemblant, réaliste, c’est plutôt casse-tête !
  • Y mettre son émotion, c’est peut être naturel, il ne faut rien forcer, on verra bien le résultat, personnellement il y a plein de choses qui me plaisent dans ce portrait et pourtant, il y a tant et tant d’imperfections.

Mais alors, pourquoi se lancer dans cette aventure ? Pour le  plaisir de peindre, tout simplement.

Dans un premier temps il y a eu cette photo qui me plaisait et que j’ai trouvée sur le web, ne sachant si elle est libre de droit, je ne la publie pas.

Ensuite il y a eu les essais réalisés à la sanguine ou à l’encre de Chine, dont je vous ai parlé dans mes précédents articles, ici ou  ici .  🙂

Ce n’est qu’après cela que  m’est venue cette envie étrange de vouloir faire ce portrait à l’huile, un vrai coup de folie mais aussi une aventure  passionnante,  instructive, riche en découvertes et en émotions.

La méthode que j’ai suivie est celle décrite par Joseph Sheppard, dans son livre « Peindre comme les grands maîtres », ce serait la méthode de Rembrandt, enfin disons que c’est un tout petit peu de Rembrandt et beaucoup de moi.  🙂

Cela vous intéresse-t-il ?

Suivez-moi, au fil de mes articles, ainsi vous pourrez suivre la progression de ma peinture et prendre connaissance des difficultés rencontrées, j’espère aller jusqu’au bout de mon projet …

Une petite photo de mon chevalet  :

Le vieil homme

Je l’avais déjà dessiné aux crayons pastels, je vous l’ai montré dans un article précédent,  j’ai eu envie d’essayer au rapidograph de Rotring et à l’encre de Chine. Sans trop me poser de questions, j’ai attaqué ce portrait uniquement pour me faire plaisir. Pas facile !

Voici le résultat, soyez indulgents !  😉

Ce croquis est en réalité une petite étude, j’ai l’intention de le faire à la peinture à l’huile, selon la technique des primitifs flamands. C’est ambitieux mais c’est en forgeant que l’on devient forgeron, n’est ce pas ?  😉