Nuit des copistes, c’est fini !

Me voici de retour de la nuit des copistes au musée des beaux-arts de Dole. Quelle belle expérience, de belles rencontres, des échanges intéressants, notamment avec un restaurateur qui m’a expliqué que le tableau que je copiais n’avait jamais été restauré et de ce fait, les couleurs ne sont pas celles d’origine. Il faut savoir qu’un tableau peint à l’huile est vernis, celui-ci avait déjà près de 215 ans, le vernis en vieillissant jaunit et altère les couleurs. C’est pourquoi la couleur du fond n’est pas vert à l’origine comme on pourrait le croire en regardant le portrait de Jean-Baptiste Prieur, il devait y avoir du bleu (bleu + jaune = vert).

Je suis arrivé vers 16h40, le temps de m’installer, de faire un tour pour voir ce que les autres ont choisi, d’échanger un peu de ci, de là et me voici tremblante devant mon chevalet, quel trac ! Il va bien falloir m’y mettre. J’ai commencé à préparer mes peintures, quelques mélanges, ensuite je me lance dans une ébauche à l’huile très diluée et me voici à essayer de copier ce magnifique portrait …

J’ai bien démarré mais petit à petit avec la fatigue, plus de 5 h 30 debout  devant le chevalet ou auprès d’autres peintres, les questions et les remarques des uns et des autres, ma concentration s’est dissipée ….

Ma conclusion  : si c’était à refaire, je n’hésiterai pas à m’y inscrire.

Un journaliste s’était approché de moi et m’avait posé quelques questions concernant ma participation à cette nuit des artistes, ce que cela m’apporte, ce que je pense de cette initiative, mon ressenti. Il a également fait une photo de moi faisant semblant de peindre.  😀  Je suis curieuse de lire son article  ….

Les participants étaient de tout niveau, il y avait des amateurs comme moi ainsi que des professionnels, certains ont choisi des tableaux très difficiles avant une multitude de personnages, je me souviens d’une double étude de tête de vieillards de Jacob Jordaens, une personne le peignait à l’huile tandis qu’une autre avait choisi les pastels, c’était magnifique !

Voici quelques photos de ma peinture réalisée sur place.

Bien évidemment il y a une multitude d’erreurs mais, une fois n’est pas coutume, je suis très contente de moi ! 😀

jb-prieure-2

nuit-des-copiste

 

 

 

Stage de portrait à Martué

Si vous aimez le portrait, que ce soit en dessin ou en peinture, ce stage pourrait vous intéresser, il est organisé par l’ASBL La Gaumette et se déroule du jeudi 30 juillet au samedi 1er août 2015 à Martué près de Florenville, en Belgique. Ce stage est animé par  Marina Osadtchouck dont voici le site : L’être. Je vous invite à le visiter.

Marina Osadtchouk  a  travaillé pendant 11 ans en tant que restauratrice de tableaux anciens, tout en continuant à peindre. Depuis 3 ans elle se consacre uniquement à la peinture. Son dernier travail sur le portrait a été salué par le premier prix au concours artistique de la commune d’Uccle, fin 2012. Marina Osadtchouk anime l’atelier portrait à l’asbl La Gaumette, je m’y suis inscrite cette année, en janvier 2015, j’adore y aller, son approche est académique tout en respectant notre sensibilité artistique, nos aptitudes ou nos erreurs ;). Elle a pour objectifs de nous donner la possibilité d’exprimer notre créativité à  travers  l’art du portrait ou de l’autoportrait, en nous rappelant les œuvres de référence de l’histoire de l’art ainsi que de nous donner ou perfectionner les bases  et les moyens techniques et artistiques pour être libre de  créer.

Nous y travaillons le portrait en dessin mais aussi en peinture, à chacun sa technique, que ce soit l’aquarelle, l’huile, les pastels, l’acrylique. On y étudie également les couleurs, tout un programme.

Pour en savoir plus sur ce stage, cliquez sur le lien : Stage de portrait à Martué.

stage portrait 3stage portrait 1 stage portrait 2

 

 

Exposition de l’atelier « peintures » de Stéphane Jadot

Si vous êtes dans la région de Ribérac (24), visitez l’atelier peinture et dessin de Stéphane Jadot, les travaux des ses élèves y seront exposés.

Stéphane JADOT

Affiche expo "Oeuvres d'atelier" de Ribérac (24)Du 9 avril au 2 mai, le Centre Culturel de Ribérac (Dordogne) présente l’exposition des élèves de mon atelier de dessin et de peinture pour adultes.

« Cette exposition collective est l’occasion de présenter la variété des talents qui s’expriment au sein de cet atelier et pour chacun, de confronter son travail de création au regard du public ».

Le vernissage aura lieu le jeudi 9 avril à 18h30et vous y êtes cordialement invités.

Invitation vernissage "Oeuvres d'atelier" Ribérac

Pour tout renseignement sur les cours, me contacter au 06.31.01.16.59

View original post

Sandwich

Inscrite au concours Daily Painting lancé par le site de dessin SIGNUS, voici mon premier essai, le sujet du jour, un sandwich !  😦

Je me suis donc préparé un délicieux sandwich que je me suis empressée de dévorer une fois la peinture terminée. Notre peinture doit être réalisée d’après nature.

La technique utilisée,  « peinture alla prima » ou « peinture dans le frais » n’est pas aussi facile qu’il n’en a l’air, il faut savoir quelle couleur poser, où la poser, car elle ne permet pas ou peu des « reprises ».

Je me suis donc lancée dans cet exercice dangereux ….  😀

Peindre de la nourriture c’est périlleux  😉

Voici donc mon sandwich  :

DP 1

 

 

 

Initiation au Daily Painting

Un nouveau sujet sur Signus : le daily painting, avec le lancement d’un concours réservé à la peinture à l’huile.

Daily painting ou peindre un tableau par jour.

Je ne vous en dis pas plus, regardez cette vidéo, il est encore temps de vous inscrire !   😀

 

Quelqu’un? (Muscari à l’aquarelle)

Pour répondre à l’appel de Clairecrolla, voici un essai à l’aquarelle de cette magnifique fleur qu’est le muscari, sorte de jacinthe sauvage. J’en ai reçu de ma voisine, elles sont très petites et tellement belles, je l’ai peinte sur le vif et  non d’après photo. Ce serait sympa si d’autres aquarellistes pouvaient se joindre à nous. 😉  Cette fleur n’est pas facile à peindre pour qui débute à l’aquarelle, d’ailleurs je n’en ai fait qu’une seule … L’uniqu conseil que j’ai pu lui donner c’était de ne pas peindre les contours de la fleur, ce qui la cerne trop, pour mieux représenter sa forme, le modelé de la fleur il faut travailler avec  l’ombre et la lumière, là où il y a de la lumière il y a de l’ombre et là où il y a de l’ombre il y a de la lumière !  😉

Muscari 03 2014

Claire

20140307-165045.jpg

20140307-165052.jpg

Il y a quelqu’un qui peut m’aider pour peindre avec de l’aquarelle? Elles ne Valent vraiment rien mes peintures!
Cette peinture est peint de la photo, prise dans mon jardin, mais je ne reconnais même pas les fleures de la photo.😞

View original post

Une pomme verte

Nouvel essai à la peinture à l’huile suivant la technique d’Alexei Antonov, technique des grands maîtres flamands du  16è – 17è  siècle (Rubens, Van Dyck, Snyders),  dont je vous parle dans un article précédent : « Un pot à l’huile ».

J’avais déjà peint par le passé une pomme non pas verte mais rouge qui se mirait dans un emporte-pièce, voir l’article : « Pomme ». Cette peinture étais faite lors d’un stage de peinture à l’huile organisée par Piet Herzeel, créateur du site de dessin en ligne Signus.

Cette pomme verte est donc mon second essai selon la technique d’Alexei Antonov et je ne sais si le sujet était plus facile mais j’ai rencontré moins de difficulté que lorsque j’ai peint le pot. Pour s’en rendre compte il faudrait que je refasse ce pot ! 😉 . Egalement réalisée sur du carton gris de récupération sur lequel j’ai passé plusieurs couches de gesso que j’ai poncées à partir de la 4è couche.

Petit rappel des différentes étapes  :

1- dessin au crayon

2- dessin à l’encre, afin de fixer le dessin qui risque de disparaître avec l’imprimatura ou plus tard lors des différentes étapes peintures.

3- imprimatura :  la première couche d’huile dans la technique de la peinture flamande, de teinte olive neutre. Le degré de contraste et la luminosité de cette étape doit être choisie en fonction de la plus grande zone de lumière du tableau une fois terminé.

4-première couche terre d’ombre brûlée, à utiliser comme de l’aquarelle. C’est celle qui actuellement me pose le plus de difficulté car elle sèche très vite et je n’arrive pas à lisser ou estomper la peinture à temps. A chaque fois elle est sèche. Et comme le dit si bien Alexei Antonov : « Ne pas utiliser la couche suivante pour corriger les erreurs de la couche précédente, mais faire la couche précédente de manière à faciliter le travail dans la couche suivante. »  A méditer ! 🙂

5-deuxième couche terre d’ombre brûlée.  Me pose également problèmes à cause du séchage rapide de la peinture.

6-« dead layer » ou couche neutre (c’est mon interprétation car je n’ai pas trouvé de traduction sauf couche morte). Je ne comprends pas l’utilité de cette étape, j’ai l’impression d’effacer ou de recommencer les deux couches précédentes.

7-première couche de couleurs

8-seconde couche de couleurs

9-couche de finition avec travail des détails

Voici donc cette pomme verte :

 Pomme verte (9)

Mosaïque des différentes étapes  :